Un nouveau livre pour la rentrée !

Dans un coin de ma tête, une envie me tourmente depuis toujours : atteindre le livre parfait que je ne saurais vraiment définir. C'est étrange, car c'est confus et en même temps absolument clair. Lorsque j'ai commencé mon métier d'éditeur, je ne connaissais rien au livre, à sa fabrication, le papier, tout ce qui fait qu'un livre est de très similaire à très différent des autres, j'en suis arrivé à ces couvertures un peu atmosphériques. Le bleu et le blanc qui m'ont toujours accompagné, moi l'enfant d'outre-mer : le bleu du ciel, le bleu de l'océan et le blanc de la neige, le blanc des nuages. Ces petites illustrations, simples à première vue, qui habillent les couvertures constituent en réalité une certaine difficulté : il faut faire en sorte qu'elles collent au mieux à l'œuvre que renferme le livre.
La photo m'a toujours paru trop facile à coller sur une couverture, une facilité qui souvent dépersonnalise le livre, le rendant trop transparent. Surtout, je voulais créer une identité, que la maison se démarque avec charte graphique éminemment distincte. Je voulais une identité visuelle forte. Je voulais créer une marque. 
J'aurais aimé que les tranches soient bleues, mais cela étant beaucoup trop cher, et après que je me suis rendu compte que l'idée d'imprimer le texte sur des pages bleues n'était pas excellente (car ce n'est pas très beau du texte noir sur un papier bleu), une page bleue s'est naturellement glissée juste après la première de couverture, de sorte que lorsque le livre est fermé, on peut distinguer un liseré bleu, réhaussant la sobriété et la finesse du livre.
Cette idée d'atteindre le livre parfait revenant un peu trop, j'ai décidé de la calmer un peu : dorénavant tous les livres seront à l'image de la petite maquette que vous voyez : une couverture blanche totalement épurée, où l'on ne retrouve que le point bleu sur le dos et le code-barre sur la quatrième de couverture, seule marque identitaire du livre. Le papier utilisé reste le même. Il s'agit du Olin rough pur blanc 300 grammes. Une couverture totalement épurée pour vous laisser l'opportunité d'illustrer vous-même votre livre et d'en faire un objet unique. Le touché du Olin rough n'est pas sans rappeler celui du fameux papier Canson. Curieusement, j'ai toujours eu beaucoup de mal à écrire dans un livre : l'annoter, surligner des passages, souligner des phrases, en revanche l'idée de pouvoir écrire sur la couverture m'a toujours enchanté. Il n'y a rien de plus jouissif pour moi que prendre un crayon de papier et écrire sur une page immaculée. Bientôt, je pourrai le faire, mais je pourrai aussi laisser ces livres tranquilles comme des porcelaines sur des étagères. Imaginez une collection de livres blancs avec le petit point bleu sur le dos, le petit point bleu comme une lueur d'espoir.
Une jaquette recouvrira le livre, on y retrouvera tout ce qui caractérise les livres de la maison, la petite illustration bleue sur un papier Olin regular pur blanc 200 grammes. Vous aurez la liberté de la garder ou de l'enlever et si vous êtes pris d'un élan artistique (ça peut arriver), d'y écrire et dessiner. En fait tout a glissé sur la jaquette. Autre nouvelle : les livres seront désormais imprimés en France. Je tiens à remercier tous ceux qui font que cette maison existe : Marylin Cayrac (maquette), Simon Holzman(graphisme), Edith Noublanche (correction, ♥), Guillermo A. De La Torre (mon bras droit. Nos yeux peuvent aussi bien s'illuminer d'espoir que peiner à s'ouvrir tant tout semble parfois si lourd et impossible), Michel Kineider (ami bienfaiteur depuis que j'ai 17 ans).
Le premier roman de Roberto Wong (je vous en parlerai bientôt) inaugurera cette nouveauté. J'espère qu'elle vous séduira autant qu'elle m'excite. Vous n'imaginez pas comme j'ai hâte d'avoir le nouveau livre Christophe Lucquin Éditeur entre les mains !
(parce que l'enthousiasme, ça doit se partager) 
J'avoue quand même que j'appréhende, j'espère que ce sera beau et surtout j'espère que vous aimerez.