S'évanouir.

Aujourd'hui 22 novembre, je suis écrasé de fatigue, une fatigue morale qui me brise physiquement. En début d'après-midi, nous nous sommes rendus au showroom d'Antalis, fournisseur de papier, afin de trouver une solution pour réduire nos coûts d'impression, nous en revenons à l'instant et c'est toujours la même chose : on en sort avec l'esprit toujours aussi embué, car un livre Christophe Lucquin Éditeur, c'est un livre blanc, très blanc - plus blanc, ça n'existe pas - et bleu, et seul le papier Olin propose un blanc extrêmement blanc, c'est bien pour cela que le papier que nous utilisons s'appelle Olin pur blanc, enfin plus exactement rough pur blanc, que ce soit pour les pages intérieures (Olin rough pur blanc 90 grammes) que pour la couverture (Olin rough pur blanc 300 grammes) et la jaquette (Olin rough pur blanc 200 grammes). Quand on fait le tour des autres papiers existants, on se rend bien compte qu'il n'en existe pas d'autres aussi blanc et moins cher que le Olin pur blanc, alors on pense maintenant à réduire le grammage de notre papier, pour rester dans le pur blanc avec le tout petit espoir de gagner quelques centaines d'euros. Mais voilà, le Olin grammage léger ou pas reste un papier cher, il semble que c'est le prix à payer si nous voulons garder l'identité de la maison. Opter pour un papier nettement plus économique, celui qu'on trouve un peu partout dans les livres aujourd'hui, changerait ce que nous sommes, nous ferait devenir un peu crème alors que nous ce qu'on aime c'est l'éclatant du blanc, c'est l'horizon bleu qu'il permet, c'est l'encre noire qui s'épanouit sur ces pages immaculées. Que faire ? Nous pourrions gagner quelques euros en faisant imprimer nos livres à l'étranger, en Bulgarie, en Lettonie, en Estonie, en Lituanie, en Pologne, par exemple, il en existe plein des imprimeurs qui démarchent tous les jours les éditeurs, basés dans ces pays, garantissant un travail irréprochable et des prix plus intéressants qu'en France, oui, nous pourrions, mais nous avons connu, oui nous avons connu le Nord, nous avons connu l'Est, et c'est toujours le même problème que nous avons eu : le résultat n'était pas irréprochable, le noir tirant plus le gris, la qualité de la facture, le collage, l'assemblage, c'est pour ça que nous sommes revenus en France depuis deux ans, parce que le résultat se rapproche nettement plus de l'irréprochable, que le noir est vraiment noir, que la qualité générale est supérieure, mais la qualité a un prix. Faudrait-il, parce que nous voulons continuer à imprimer en France, que nous options pour un papier économique, ce qui nous ferait perdre au passage notre identité, le côté bel objet que certains relèvent, même s'ils ne sont pas nombreux ? Puisque ces derniers ne sont pas nombreux, pourrions-nous oublier de penser à la qualité de l'objet et proposer un livre blanc crème et bleu avec du papier bouffant de livres tirés à plusieurs milliers d'exemplaires, ou approchant la qualité poche ? Suffirait-il de mettre une photo sur la couverture pour que l'on dise de nos livres qu'ils sont beaux, élégants et qu'ils ont une véritable identité ? Je pense que nous allons concentrer tout notre espoir sur un changement de grammage, on vous dira ce qu'il en est. En attendant, si quelqu'un a envie d'investir un peu d'argent dans une maison qui s'efforce de faire de bons et beaux livres, on est ouverts à la discussion, que votre considération soit intéressée ou non (par contre, on ne voudra jamais se sentir obligés de publier des livres qu'on n'aime pas).

Aujourd'hui, l'envie d'envoyer tout valser n'a jamais été aussi forte, mais il y a quelque chose qui est là, encore, c'est un peu de lumière qui me pousse à m'accrocher encore et toujours à mon petit caillou graisseux. Heureusement, j'ai levé la tête cet après-midi et, dans le bleu infini, cette étoile m'a rappelé que tout est toujours possible à partir du moment où l'on y croit, alors le petit caillou graisseux est redevenu terre promise, belle, inondée d'une douce lumière, sous un ciel bleu, bleu, si bleu, bleu à en foutre le tournis, bleu à s'en évanouir.

IMG_2801.JPG