Au revoir 2017

Je fais le rêve qu’en 2018, l’homophobie active (les gens ouvertement homophobes, qui n’aiment pas l’idée qu'un garçon puisse aimer un garçon et qu'une fille puisse aimer une fille) et l’homophobie passive (les gens qui disent qu’il s’en fichent, que ce n’est pas leur problème, que chacun est libre de faire ce qu’il veut, à partir du moment où ils - les homosexuels - les laissent tranquilles, ceux qui disent aussi qu’ils n’ont rien contre deux garçons qui s’embrassent, contre deux filles qui s’embrassent, mais qui empêchent la grimace quand le baiser a lieu à côté d’eux et qui pensent sans le dire que c’est quand même bizarre deux hommes qui s’embrassent, que deux femmes qui s’embrassent, ce n’est pas plus naturel, mais moins gênant ou plus agréable à voir) disparaîtront. On parle beaucoup de la domination de la femme par l’homme, et c’est très bien, parce que personne n’a vocation à être soumis et abusé, il faudrait aussi qu’on s'intéresse à la condition des personnes du même sexe qui s’aiment, qu’on arrête de dire, même quand on veut bien se montrer tolérant « je respecte leur choix », car ce n’est pas un choix, on naît comme ça, c’est la nature humaine, et le propre de la nature humaine, c’est la différence, toutes les différences qui créent un beau tout, que certains esprits petits et malades s’évertuent à essayer de casser, en invoquant cette même nature qu’ils insultent avec leurs mots pourris.
Donc, en 2018, j’aimerais que plus personne ne soit gêné par le désir et l’amour que peuvent ressentir une femme pour une autre femme et un garçon pour un autre garçon et le baiser qu’ils se donnent.

J’espère aussi que la maison connaîtra des jours meilleurs, et pour cela, nous avons besoin de vous, libraires, lecteurs. 

🍀

IMG_3526.JPG