On a besoin de vous lecteurs pour changer la donne.

Premier roman de Neige Sinno, LE CAMION, dont la sortie était initialement prévue le 18 janvier, paraîtra le 15 mars. Nous allons avoir besoin de vous lecteurs pour le faire arriver en librairie et lui donner une chance de vivre, parce qu’un livre qui reste dans le stock du distributeur, c’est un gros gâchis, c’est nul, ce n’est pas vraiment le destin qu’on imagine pour lui. Il serait bon qu’on puisse modifier un peu la donne d’un marché du livre pourri, qui ne permet qu’aux gros d’exister, de s’imposer et qui ne laissent comme destin aux petits que celui de mourir. 

Voilà ce qu'en dit un libraire de Paris (Charybde) : Une bande d’amis, un camion rapiécé, un voyage presque immobile et pourtant formidablement intense, pour un premier roman au charme à la fois simple et extravagant. [lire la suite ici]

Cet après-midi, j’étais au téléphone avec mon diffuseur, qui m’a fait remonter des choses qui se disent sur la maison. C’est ainsi que j’ai appris qu’on trouvait que nos livres étaient trop difficiles. Là, il y a eu un silence, ce genre de silence qui marque un temps d’interrogation, un silence songeur, un silence de surprise, il a tout de suite enchaîné en disant que lui ne trouvait pas que nos textes étaient compliqués, qu’il en avait lu au moins quatre et qu’ils se lisaient bien, et bien sûr, je suis bien placé pour abonder dans son sens, les textes que nous publions n’ont rien de difficile, et ça veut dire quoi « texte difficile », au juste ? Je pense que quand on les lit, et il y en a quelques-uns des libraires qui ont lu des textes de la maison, qu’ils ont aimés. Je pense à tous nos titres sortis depuis le 20 avril 2016 : Rien n’est crucial, La nuit qui n’a jamais porté le jour, Paris Mexico D.F., 11 ans, L’Homme de miel, je m’adresse à ceux qui les ont lus, qu’ont-ils de si compliqué ? Il suffit de les lire pour s’en rendre compte. J’ai appris aussi que la maison pâtissait parfois d’une mauvaise image, oeuvre de personnes qui ont lancé des ragots. Qu’ai-je donc fait de mal, dit de mal ? Et si un jour j’ai dit un truc sur le métier, il y a longtemps, qui a pu être mal interprété, faudrait-il m’en tenir rigueur et s’évertuer à détruire le projet d’une vie ? Ceux qui font ça savent qu’il est très facile d’influencer les gens. Arrêtez, s’il vous plaît, de vous laisser influencer. Choisissez la difficulté et essayez de voir ce que nous sommes réellement, jugez par vous-mêmes.

Le libraire est généralement réticent à prendre les livres des petits éditeurs, c’est normal d’aller vers les choses les plus sûres, on ne veut pas leur jeter la faute, car ils ne l’ont pas la faute, et le diffuseur alors, on pourrait dire qu’il devrait insister auprès du libraire pour découvrir des livres d’éditeurs, qui ont besoin de visibilité, on pourrait lui jeter la faute, il pourrait se bouger lui aussi de son côté, mais il n'a pas la faute non lus, et le lecteur lui, il devrait essayer de ne pas focaliser sur les 15 ou 20 livres dont on parle partout tout le temps dans les médias, pour aller en quête d’autres sensations, ce petit truc de l’aventurier, de l’explorateur, du découvreur, mais il n'a pas la faute, il va au plus facile, il a entendu parler d'un livre, il veut ce livre, etc, etc, etc. Quant aux médias, je n'en parle pas, parce qu'il est vraiment fou de se dire que les médias ne parlent que des livres dont il faut parler, c'est comme ça dans 98 % des cas, de toute façon ce ne sont pas eux qui font vivre un livre, sauf s'il s'agit de Télématin et autres programmes du genre, mais bon, l'offre n'est pas fréquemment renouvelée. S'aventurer, explorer, découvrir, voilà trois mots, voilà une clef, il faudrait aujourd’hui que tout le monde laisse tomber la facilité, reprenne le contrôle de ses fonctions vitales, vibre vraiment, il faudrait que tout le monde se pose en aventurier, en explorateur, en découvreur. Le livre doit être une grande aventure, ne le laissons pas devenir la chasse gardée de deux ou trois groupes, il faut de la différence, le livre doit mettre en éveil, doit réveiller, secouer, il doit être fort, sincère, hors normes, il doit rester libre.