Les nymphes sourient aussi parfois

couv_les-nymphes-t.png
IMG_4390.JPG
IMG_4393.JPG
IMG_4396.JPG
IMG_4392.JPG
couv_les-nymphes-t.png
IMG_4390.JPG
IMG_4393.JPG
IMG_4396.JPG
IMG_4392.JPG

Les nymphes sourient aussi parfois

16.00

Ce roman prend la forme d’un conte écrit à la première personne.

C’est Ada, la petite nymphe qui raconte sa découverte du plaisir. Elle fait connaissance avec son corps et les jouissances infinies qu’il peut lui procurer, mais elle découvre aussi qu’il peut être une source de plaisir pour les autres qui la lorgnent et l’envisagent. Ada évolue dans un monde fantastique. Elle grandit heureuse dans un monde mythologique où elle cohabite avec des faunes qui portent des casques scintillants, elle mûrit et nous raconte ses amants particuliers, parmi eux, le gynécologue aux longues mains qui l’aidera à accoucher d’une manière naturelle. Il y a également son expérience avec un prince au sperme bleu, sans oublier son providentiel cousin, les nombreux amis de ses soeurs aînées et aussi son oncle.

Ce roman-conte célèbre la vie, les effluves corporels, les regards, le concept de paradis et les enseignements tels « Le propre de l’amour c’est de savoir sans avoir appris » ou bien « Les yeux aussi peuvent toucher. »
Le sexe est la seule source d’éternelle jeunesse. La passion est l’unique remède contre l’abime. Une rencontre sensuelle est le chemin de la gloire et le premier pas pour obtenir les clefs du royaume, les clefs de la vie. Voilà ce que défend Ana Clavel dans Les nymphes sourient aussi parfois.

Nous avons là toute la particularité de l’oeuvre de celle que l’on peut qualifier d’écrivain du corps entre désir et conscience.

Avec ce roman, Ana Clavel a reçu le prix Elena Poniatowska en 2013.

Les nymphes sourient aussi parfois est dans la première sélection du prix Laure-Bataillon 2015.

[extraits, ils en parlent]

Quantity:
Add To Cart