La maison

De l’audace. Du piquant. De la littérature.

Aujourd'hui, quand la tendance est à adopter les modes, aussi bien graphiques que de contenu, rester naturel est une leçon. La vérité, c'est que nous savons tous que les modes finissent par passer, par être oubliées, par être remplacées.

Je ne sais pas pourquoi j'ai choisi le blanc et le bleu, je ne sais pas d'où vient le cercle. Tout est arrivé naturellement.

Je ne peux pas faire un discours grandiloquent qui présenterait notre identité ; d'abord, parce que cela ne serait pas naturel ; ensuite, parce que je ne considère pas que cela soit une nécessité ; et en fait, parce que pour nous et quelques autres, tout est clair : il suffit de mettre nos livres les uns à côté des autres pour se rendre compte qu'il existe quelque chose de subtil, qu'on ne saurait trop définir, mais qui est là. Nous avons la certitude que, à la différence de tout ce qui passe et est remplacé, le naturel, le sincère, la simplicité restent toujours.

C'est peut-être pour cela que chaque fois qu'un nouveau livre nous arrive et que nous le découvrons nerveusement, nous sommes fiers de constater que cette manière naturelle que nous avons de faire les choses est toujours là, fragile et en même temps inscrite dans une sorte de continuité, au service d'un but impalpable.