Laurent Audret

Laurent Audret est né en 1974. Le peu qu'on sait de lui on l'apprendra en lisant Monsieur de Phocas, de Jean Lorrain. Son livre fétiche.
Il partage son existence entre l'Asie et Paris.
Des enfants est son premier texte publié.

 

Entretien

Comment as-tu connu la maison ?
En librairie, inévitablement, où je passe le plus clair de mon temps.

C’est quoi l’amour pour toi ?
« L’infini mis à la portée des caniches » ?

Que penses-tu de la mort ?
Jusque là elle m’a épargné. C’est dire son indulgence, sinon son aveuglement.

Qu’aimes-tu faire dans la vie ?
L’amour (pas suffisamment à mon goût). Vivre en Asie du Sud-Est. Accessoirement écrire.

Si tu pouvais repartir à zéro, que changerais-tu ?
Mon visage et mon corps, à l’exception de mes yeux et mes mains.

Tu crois en l’Homme ?
À peine.

Qu’est-ce qui te motive ?
L’espoir chaque jour renouvelé de rencontrer l’Amour.

Ressens-tu l’ennui ?
C’est mon plus fidèle compagnon.

L’écrivain a-t-il le droit d’écrire ce qu’il veut ?
Ça ne se discute même pas.

La citation qui te plaît le plus ?
« Viser si conscienceusement pour rater son but. » – Jacques Vaché.

L’écriture, une thérapie ?
La bonne blague.

Plutôt radical ou modéré ?
Entre les deux. Toujours été incapable de choisir mon camp. Un peu pute, au fond.

Sentir avant d’interpréter ?
Vice et versa.

Te sens-tu parfois malhonnête ?
Je n’ai pas ce courage.